Discours de soutenance de thèse

Le 7 décembre, vers 17h, je suis devenue officiellement docteure en histoire contemporaine ! Connaissant à présent la difficulté que peut représenter la préparation du discours de soutenance de thèse, je me suis dit qu’il serait peut-être utile pour d’autres doctorant.e.s que je diffuse ici mon propre texte, car on n’en trouve finalement assez peu sur le web. Celui-ci a duré pile 20 minutes.

Monsieur le président, madame, messieurs les membres du jury,

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour votre participation et votre présence, loin d’être évidentes en pleine saison de soutenances de thèses. Je suis honorée de pouvoir échanger aujourd’hui avec vous sur le sujet qui me passionne depuis si longtemps. Je remercie également le public pour son soutien, que ce soient les courageux qui sont venus jusqu’ici à Reims ou les personnes qui suivent cette soutenance en ligne. Enfin, je remercie chaleureusement mon directeur de thèse, Philippe Buton, qui a accepté de me suivre pendant sept ans, malgré mon profil un peu particulier.

J’ai effectivement réalisé mon doctorat sans contrat, ayant eu le concours de bibliothécaire d’État l’année où j’ai recherché un financement pour mon projet de thèse, c’est-à-dire en 2015. Au vu de l’état de l’enseignement supérieur en France et particulièrement en sciences humaines et sociales, j’ai fait le choix rationnel d’accepter un emploi stable et malgré tout épanouissant. Toutefois, conjuguer un emploi de cadre de la fonction publique et une thèse n’a pas été sans difficulté, ayant eu un premier poste à Valenciennes dans le Nord, puis à Rennes en Bretagne. J’ai par conséquent effectué mon doctorat de manière isolée, loin de mon directeur et de mon laboratoire rémois. Mais l’aventure en valait la peine, car je tenais à pouvoir enfin présenter une étude sur les mémoires de la bataille de Valmy, qui embrasserait la période la plus large possible depuis le déroulement de la canonnade le 20 septembre 1792. En outre, j’ai pu compenser en partie mon isolement par trois moyens. Le réseau social Twitter m’a permis de discuter de mes recherches avec des historiens et des passionnés de la Révolution française. La publication d’un article aux Annales historiques de la Révolution française a été une autre manière de faire connaître mon sujet, ce qui prouve l’importance de publier même en étant hors contrat. Enfin, j’ai également pu établir des liens avec les doctorants du laboratoire Tempora à Rennes 2 et rédiger ma thèse parfois en leur compagnie.

L’idée de travailler sur cette bataille surannée qu’est Valmy m’est venue en troisième année de licence, lorsque il m’a fallu trouver un sujet en quelques minutes pour un devoir semestriel. J’ai alors subitement pensé à l’un de mes professeurs, celui qui m’a par ailleurs donné le goût de l’histoire. Pendant un cours, celui-ci avait déclaré que les Français avaient espéré un second Valmy lors l’invasion de la France par les Prussiens en 1870. Étonnée par cette pensée, je me suis donc dit « Et pourquoi pas écrire sur la mémoire de la bataille de Valmy ? », sans me douter une seule seconde que j’allais ensuite assommer mes proches pendant dix ans avec ce sujet. J’ai en effet découvert une mémoire foisonnante, mon premier contact avec le souvenir de Valmy étant ses références multiples durant la IIIe République. Après la licence, j’ai fait un premier mémoire sur Valmy, puis un second. Dans ce dernier, j’aborde une période pour laquelle la mémoire de cette bataille avait été jusqu’alors peu évoquée, la monarchie de Juillet. Le doctorat m’a permis ensuite d’approfondir mes premières recherches, mais aussi de défricher des périodes que je n’avais pas encore explorées notamment de 1792 à 1830, le Second Empire ainsi que le très contemporain. Je connaissais dès le départ les difficultés de mon sujet. Vouloir analyser les mémoires de Valmy de 1792 à 2022 était ambitieux, peut-être trop diront certains au vu de l’étendue des sources. Mais pour moi, ce travail n’avait d’intérêt que s’il permettait de produire la première image véritablement détaillée du souvenir de Valmy, depuis ses origines jusqu’à nos jours. Je souhaitais en somme aller jusqu’au bout du fil que j’avais commencé à tirer en 2012.

Ce fil, j’ai eu envie de le suivre à plus d’un titre. Tout d’abord, j’ai pu constater dans mon entourage à quel point le souvenir de Valmy était inexistant. Personne ne semblait connaître la bataille révolutionnaire, à l’exception de quelques amis qui l’avaient eux aussi connue dans l’enseignement supérieur et… de ma grand-mère, qui a pourtant quitté l’école après la cinquième. A peine j’ai évoqué Valmy devant ma mamie qu’elle a su me donner la date de son déroulement, réveillant un vieil automatisme. J’ai donc voulu aller non seulement à la source de ce puissant mécanisme, mais aussi comprendre pourquoi il avait disparu. Les mémoires les plus abordées sont les mémoires chaudes, vivantes. Je trouvais pertinent de me pencher sur un souvenir plutôt froid, à l’évidence en déclin. Ce lieu de mémoire, au sens apporté par Pierre Nora de « restes » s’est en outre révélé de plus en plus original à mesure que je le découvrais. Rapidement, je me suis rendue compte que Valmy avait provoqué la naissance de deux mémoires antagonistes. La plus connue est celle qui peut se résumer au mythe républicain de Valmy, qui se cristallise dans le cri de « Vive la nation ! » du général Kellermann répété en chœur par les volontaires au pied du moulin ou dans la phrase solennelle de Goethe « De ce lieu et de ce jour date une nouvelle époque dans l’histoire du monde ». L’autre mémoire, moins évidente, est pourtant tenace. Il s’agit de la mémoire contre-révolutionnaire, que l’on peut aujourd’hui simplement qualifiée de complotiste. Valmy devient dans ce récit un événement truqué, acheté, loin de la bataille brillante remportée par les révolutionnaires dans un moment désespéré. L’existence de ces mémoires diverses, j’ai décidé de la faire figurer dès le titre de ma thèse, « L’écho de Valmy : mémoires d’une bataille de la Révolution française », titre qui a d’ailleurs été changé à de nombreuses reprises avant de me convenir. Le terme d’« écho » m’a paru particulièrement pertinent après avoir lu la conclusion de L’écho de l’événement, du Moyen Âge à l’époque contemporaine, ouvrage collectif paru en 2011. Christine Rivalan Guégo et Denis Rodrigues y avaient écrit une remarque qui m’avait inspirée. Pour eux, je cite, « le lien entre discours et événement apparaît comme constitutif de celui-ci. Mots et images font exister l’événement, en sont sa chambre d’échos. Et les échos de l’événement sont aussi le lieu de sa fabrique. » Valmy étant initialement un événement modeste, il est indubitable que ses mythes ont largement dépassé la canonnade originelle et que cette bataille existe principalement par les images et les mots qu’elle renvoie. Des originalités du souvenir de Valmy et de ses échos, j’ai tiré des interrogations plutôt simples : Comment et pourquoi ces mémoires ont-elles émergé ? Comment se sont-elles pérennisés ? Quels ont été les usages du souvenir de Valmy et pourquoi celui-ci s’est-il estompé ?

Si ce sujet invite instinctivement à faire une recherche exhaustive des références à Valmy pour ensuite pouvoir les analyser, cette démarche se révèle rapidement impossible sur plus de deux siècles. J’ai dû faire des choix, qui peuvent être critiquables, notamment pour les années 1880-1914. Cependant, beaucoup de références se ressemblent, si l’on pense par exemple à celles présentes dans les manuels scolaires. Cela m’a permis d’émettre des généralisations et des regroupements. J’ai tenu en revanche à explorer les sources les plus diverses possible, car c’est pour moi cette variété qui a le plus contribué à la fiabilité des résultats que j’avance. Par exemple, c’est l’utilisation de Valmy dans les biographies en l’honneur de Louis-Philippe, dans les arts, dans les caricatures ou bien dans l’odonymie qui montre la véritable éclosion de la mémoire de Valmy dans les années 1830. Une étude quantitative serait bien entendu la bienvenue, mais plus pour des types de sources ou alors sur une période réduite. J’ai essayé également de m’appuyer sur des sources encore peu utilisées, mais par conséquent peu présentes dans la littérature grise. Elles prennent la forme d’objets, comme des assiettes, ou proviennent de l’imagerie populaire et de la publicité. Pour les trouver, j’ai dû passer non pas par des archives, mais des sites de revente en ligne. La source que j’ai le plus utilisée est la presse, car il est à présent de plus en plus aisé de pouvoir rechercher des termes dans d’immenses corpus, comme sur Retronews pour la presse du XIXe siècle. J’ai d’ailleurs utilisé beaucoup de bases de données, plus ou moins connues, car j’ai aussi voulu, dans une démarche de science ouverte, utiliser des outils nouveaux et élaborés par des laboratoires de recherche. Ma thèse doit ainsi être l’une des premières à exploiter les résultats issus de Gallicagram, l’outil de lexicométrie récemment conçu par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, portant sur les contenus de la bibliothèque numérique Gallica. Il permet de dégager des tendances sur l’utilisation de Valmy dans les livres et dans la presse, de manière plus fiable que Google, malgré la présence de nombreux biais. J’ai essayé également d’utiliser au maximum des sources littéraires, bien que leur découverte ait souvent été le fruit de la simple sérendipité, étalée sur plusieurs années. C’est un proche qui lit La Condition humaine ou bien moi qui m’interroge subitement sur Voyage au bout de la nuit. L’accès à certaines sources a demandé plusieurs semaines voire mois de recherche, avec parfois d’heureuses conséquences comme la mise en ligne du tableau La charge de Valmy de Bernard Naudin par le Musée Bertrand de Châteauroux sur Wikipédia. Afin de mesurer les variations de l’utilisation de Valmy, j’ai souvent essayé de la comparer avec celle de Jemmapes, l’autre grande victoire française de l’année 1792. Chronologiquement proches, souvent utilisées ensemble au XIXe siècle, leurs mémoires sont pourtant différentes, parfois opposées, Jemmapes étant très connue au moment de son déroulement et devenant moins populaire que Valmy à la fin du XIXe siècle.

L’étude du souvenir de Valmy m’a permis d’obtenir plusieurs résultats inédits ou encore peu abordés. J’ai choisi aujourd’hui d’évoquer ce qui me semble être les quatre principaux.

Premièrement, Valmy n’a pas été considéré comme un événement majeur par ses contemporains. Il s’agissait d’une simple canonnade, qui devait annoncer une bataille de plus grande ampleur entre les troupes révolutionnaires et prussiennes. Ceci a déjà été démontré une première fois par Bernard Gainot, ici présent, mais pour la période qui suit immédiatement Valmy. J’ai quant à moi montré que l’inexistence de Valmy comme bataille s’étale à minima jusqu’au Premier Empire, voire jusqu’à 1830 si on dépasse les cercles des militaires et des premiers historiens. Car ce sont ces derniers qui ont vu en Valmy un élément clé de la campagne de l’Argonne, un moment qui apportait une logique à la retraite prussienne au mois d’octobre 1792. Les contemporains, eux, selon leur camp politique, ont soit perçu une débandade causée par la dysenterie, ce qui a suscité des chansons et des dessins satyriques, soit un événement incompréhensible, l’armée prussienne ayant à cette époque la réputation d’être la plus puissante d’Europe. C’est ainsi qu’on aboutit à un paradoxe, certes explicable, mais un paradoxe tout de même : c’est par sa faible consistance en tant qu’événement en septembre 1792 que Valmy a fait l’objet d’autant de récits différents. Son manque d’héroïsme, d’actions glorieuses, mais aussi son manque d’intelligibilité, ont contribué à la création d’un côté de mythes favorables aux révolutionnaires et utilisés essentiellement par les républicains, mais aussi de l’autre d’un complot, où la retraite prussienne ne s’expliquerait que par l’achat du chef militaire de l’armée prussienne, le duc de Brunswick. J’ai profité d’ailleurs de cette thèse pour rassembler les différents arguments permettant de contrer rationnellement cette théorie du complot. Cela a longtemps été impossible, par manque de preuves concrètes, ce qui a permis à cette théorie de gagner en ampleur à la fin du XIXe siècle. Mais une étude parue dans une revue de gemmologie en 2008 et peu connue des historiens montre que l’argument principal d’une corruption du duc de Brunswick au moyen des bijoux volés du Garde-meuble s’effondre. En effet, François Fargès a non seulement à nouveau déclaré que l’actuel diamant Hope aux Etats-Unis est bien l’ancien diamant bleu de la Couronne, mais que celui-ci est très probablement passé dans les mains du banquier londonien Hope dès la période révolutionnaire.

Deuxièmement, j’ai démontré comment le roi Louis-Philippe a vraiment été l’élément déclencheur de la popularisation du mythe républicain de Valmy. Sans lui et ses références multiples aux batailles auxquelles il a participé, Valmy n’aurait pas autant intéressé les républicains, qui préféraient encore les batailles offensives. J’avais certes déjà travaillé sur cette période en master, mais mon analyse a gagné en profondeur, par l’apport de nouvelles lectures et sources qui m’ont conduit à de nouvelles interrogations, comme celui de l’attachement des orléanistes à Valmy. La monarchie de Juillet étant souvent une période historique peu appréciée, je trouve qu’il est important de montrer que les caricatures des années 1830-1835, ce ne sont pas que la figure de la poire et en l’occurrence pour mon sujet, c’est aussi un perroquet qui répète à tort et à travers « Valmy » et « Jemmapes ».

Troisièmement, j’espère par cette thèse montrer la pertinence de l’analyse du lieu de mémoire physique, les anciens champs de bataille étant peu abordés en tant que tels. A Valmy même, on est confronté à de véritables strates mémorielles, de la pyramide renfermant le cœur de Kellermann de 1821 jusqu’au centre d’interprétation creusé dans la colline, qui a ouvert en 2014. On observe par ailleurs un fort écart entre la mémoire nationale et la mémoire locale de la bataille de Valmy. Cette dernière gagne en puissance depuis la reconstruction du moulin au début des années 2000 et se structure autour d’associations et de moments festifs.

Enfin, le quatrième et dernier point de mon travail que j’ai souhaité aborder est le déclin du mythe. La confiance envers le souvenir glorieux de Valmy a été brisée par la Première Guerre mondiale. La rupture a ensuite été de plus en plus profonde, à mesure que le nationalisme perdait en intérêt en France, processus accéléré avec la constitution de l’Union européenne. Si le souvenir de Valmy semble aujourd’hui obsolète, il serait pour moi présomptueux d’annoncer sa disparition car l’historien a pour horizon l’analyse du passé et non du futur. Je préfère la notion de dormance, que j’ai empruntée à la biologie et qui implique une mise en sommeil. Tout comme une graine peut soudainement germer avec de l’eau et une hausse des températures, Valmy peut potentiellement redevenir un mythe mobilisateur, comme le prouve son utilisation par la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Inversement, il peut également ne pas sortir de son état dormant. Mon travail prolonge les réflexions nombreuses des historiens autour des usages politiques actuels de l’histoire. Le décalage entre les occurrences à la bataille dans les discours politiques et la faiblesse de sa mémoire au sein de la population française invite à la méfiance quant au réel intérêt de citer encore Valmy de nos jours. A qui s’adresse donc ces discours ? Ils semblent tout au moins être le fruit d’un entre-soi social et culturel et évoquer Valmy devant un groupe ressemble de plus en plus à un élément de distinction. La réapparition, à gauche, à droite, voire à l’extrême droite, d’une vision très mythifiée de Valmy interpelle également. J’ai moi-même fait face à des discours dangereux, même au sein du milieu universitaire lors d’une discussion avec un professeur. Ces discours incitent à ce que seule une minorité lettrée connaisse réellement certains moments jugés glorieux de l’histoire de France. Ceci serait justifié par une apparente nécessité d’apporter une part de rêve à la population française pour remporter son adhésion à la nation. En somme, une façon d’appréhender l’histoire qui semble tout droit nous revenir de la IIIe République. Par mon travail, je réaffirme la nécessité d’offrir une histoire riche et rigoureuse à tous les citoyens et citoyennes, pour ne pas rester prisonnier d’anciens récits. La vulgarisation de l’histoire ne doit pas se cantonner au roman national, mais bien avoir un rôle émancipateur. Valmy n’est pas une victoire sanglante remportée à la baïonnette, ni un miracle permis par la peur qu’auraient provoqué le cri déterminé des volontaires. Elle n’est pas non plus un moment insignifiant, ce serait renier le courage des troupes qui se sont entassées le matin du 20 septembre 1792 devant un moulin en Argonne. Valmy demeure un tournant dans les guerres révolutionnaires, la canonnade étant le point d’orgue de la désillusion des Prussiens qui a commencé à s’installer dès leur entrée en France. Le lieu, la date, les conditions de l’affrontement importent peu. C’est toutefois à Valmy que pour la première fois, les troupes révolutionnaires ont arrêté l’avancée de leurs ennemis. Ceci devrait suffire à en faire un véritable événement au sein de la Révolution française.

Je vous remercie de votre attention et suis à présent pleinement disposée à répondre à vos questions.

Un opéra en l’honneur de Valmy ?

Récemment, j’ai appris qu’il existerait un opéra qui aurait été composé pour célébrer la victoire de Valmy quelques mois à peine après le déroulement de la bataille. Je trouvais ça pour le moins surprenant vu que la thèse que j’expose depuis quelques années est que Valmy a été peu valorisé pendant la Ière République et que son souvenir a eu du mal à subsister. Je me suis donc penchée d’un peu plus près sur ce ballet.

La musique du Triomphe de la République ou le Camp de Grand-Pré est composée par François-Joseph Gossec, qui s’est forgé une réputation de musicien officiel de la Révolution, tandis que les paroles sont écrites par Marie-Joseph Chénier, le frère du poète André Chénier. La pièce est en deux parties, avec dans un premier temps l’appel aux armes et les échos de la bataille, puis dans un deuxième, la fête et les danses dans le village de Grand-Pré. On y chante que les troupes du Rhin, de la Marne et de la Moselle ont été le « cercueil » des « tyrans et de leur fol orgueil »[1]. Mais du combat, on n’apprend finalement que peu de choses et Chénier évoque brièvement un affrontement sanglant au corps à corps impliquant de l’infanterie et de la cavalerie dans la cinquième scène, par la bouche du personnage du général. Pour le décrire, il indique que « le fer étincelle et vole en éclats » et qu’il y a eu une charge meurtrière. L’artillerie est tout de même évoquée par de lourds accords et le son de coups de timbale et de canon[2]. Chénier a par conséquent repris une description classique de bataille, sans apporter d’éléments liés à la campagne de l’Argonne et encore moins des références à Valmy, malgré l’utilisation du village de Grand-Pré. Aucun autre nom n’est mentionné hormis celui de Brunswick, les soldats semblent surtout l’emporter grâce à leur force idéologique : ils terrifient les émigrés et « ont frappé les rois d’épouvante ». Valmy est dans une situation surprenante, puisque cette pièce d’opéra célèbre effectivement la victoire que la canonnade a permise, sans pour autant mentionner son existence.

Le retrait des troupes à partir de Grand-Pré a été très tôt célébré dans des estampes et des chansons.

Après la bataille, les soldats et les villageois honorent la déesse de la Liberté venue du ciel. La fin de la pièce invite les autres pays européens à rejoindre la Révolution et met en scène des danses de divers pays, ce qui montre que cet opéra, tout comme son nom principal l’indique, est plutôt une célébration de l’instauration de la République comme modèle, qui a réussi malgré la guerre. Il s’agit avant tout de rejoindre la danse de la Révolution, dont sont exclus les tyrans. Cette œuvre demeure assez proche de l’opinion générale de l’époque qui célèbre avant tout le retrait des Prussiens et non la bataille de Valmy, dont l’importance n’est reconnue que par quelques cercles politiques (les proches de Danton et les girondins). Le Triomphe de la République est joué pour la première fois le 27 janvier 1793.

Grâce à un enregistrement de 2006, il est possible d’écouter l’opéra dans son entier sur Youtube ou Spotify par exemple (je vous joins la scène 5 qui évoque la bataille). Les partitions sont aussi disponibles sur Gallica.


[1] Bibliothèque nationale de France –Bibliothèque-musée de l’opéra, MAT-264 (12-18), Le Triomphe de la République ou le Camp de Grand-Pré, 1793, [En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525106557]. Consulté le 29 janvier 2022.

[2] Floriane Goubault, « Le Triomphe de la République ou le Camp de Grand Pré de Gossec », Site web de la Philharmonie de Paris, [En ligne : https://pad.philharmoniedeparis.fr/1072113-le-triomphe-de-la-republique-de-gossec.aspx]. Consulté le 29 janvier 2022.

L’historien au secours du moulin

Lors de mon dernier séjour aux Archives nationales, j’ai pu consulter un dossier du secrétariat d’État au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle du début des années 2000, qui concerne de près le lieu de la bataille de Valmy (dossier 20040408/5). En effet, le troisième moulin de Valmy, érigé en 1939, a été abattu par la tempête du 26 décembre 1999. Il n’en restait que des ruines. Grâce aux dons et aux subventions (dont 800 000 francs du ministère de l’Intérieur), cinq millions de francs sont récoltés, ce qui permet de reconstruire le moulin et même de faire d’autres aménagements sur le site.

Le moulin reconstruit et inauguré en 2005. Archives personnelles.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, le moulin aurait pu simplement être reconstruit, puis inauguré. Seulement, quelques membres de la scène politique locale se sont dit : et si le site de Valmy devenait rentable ? Les fonds sont alors bloqués et l’Association pour la reconstruction du Moulin de Valmy envoie à l’ensemble de ses souscripteurs le 21 mai 2001 :

« Avec l’ensemble de ces partenaires et dans un souci de saine gestion des finances publiques, il nous est apparu plus judicieux de ne pas procéder à la reconstruction immédiate du Moulin, afin d’étudier toutes les possibilités pour le mettre en valeur et pour développer un projet touristique ambitieux, associant le respect du site et la mise en valeur de ce symbole républicain. »

À la même époque, l’association Les Fils de Valmy, une association rémoise qui a pour but de mieux faire connaître la Révolution au niveau local, envoie son secrétaire à une réunion de la communauté de communes de Sainte-Menehould, à laquelle est rattaché le village de Valmy. Ce qu’il y entend l’abasourdit : la reconstruction du moulin serait annexée à une entreprise privée et commerciale pour créer un parc d’attraction touristique payant. Le moulin ne serait même pas accessible gratuitement aux scolaires et celui-ci serait avant tout dédié à des activités de meunerie. Dans les projets exposés par l’entreprise, la mise en valeur du 20 septembre 1792 n’est même pas forcément une priorité, car selon le patron de la société, « l’histoire, ça ne suffit pas ». Il dit avoir hésité à proposer une attraction en l’honneur de la Première Guerre mondiale…

Le secrétaire voit rouge et prend note de tout ce qui est évoqué pendant la réunion. L’association demande alors une audience au ministre en charge du secrétariat d’État au Patrimoine, Michel Duffour. Je ne vous raconte pas la suite en détail, car elle est facile à connaître vingt ans plus tard : le projet est abandonné, le moulin est reconstruit et finalement c’est un musée qui voit le jour, respectueux du site classé et que je vous invite à visiter au détour d’un passage sur l’A4.

Le centre historique Valmy 1792, aménagé à même le flanc de la colline. Archives personnelles.

Non, ce que je souhaite réellement évoquer dans ce billet, c’est une note écrite à la main par la secrétaire particulière du ministre Duffour, au haut-fonctionnaire Alain Van der Malière. Elle lui demande s’il a rappelé… Claude Mazauric :

« Il [Mazauric] a rappelé, par ailleurs, pour un autre sujet : il voulait te signaler, ainsi qu’à Michel Duffour, une demande de rendez-vous qu’a dû faire l’Association « Ceux de Valmy » (Mr Delaitre) à propos du Moulin de Valmy. Ce moulin devrait être réhabilité mais avec un projet proposant d’en faire payer l’entrée, ce contre quoi cette association s’insurge… Il dit bien connaître ce dossier et être concerné en tant qu’historien par ce sujet et souhaite vivement que ces gens soient reçus. Il est à ta disposition pour t’en parler si tu veux plus de renseignements. » 

Et Van der Malière lui répond à la va-vite qu’il va les recevoir.

Il y a quelques années, quand j’étais en troisième année de licence, j’avais eu la chance de pouvoir poser quelques questions par téléphone à Claude Mazauric — car oui j’ai commencé à m’intéresser à la mémoire de Valmy à ce moment-là ! Il m’avait parlé de la reconstruction du moulin et de son souvenir de l’inauguration le 20 septembre 2005. D’après lui, le climat était tendu… Mais il ne m’a nullement indiqué à quel point le projet lui tenait à cœur.

Comme quoi, les historien·ne·s sont parfois bien plus impliqué·e·s qu’on ne le pense dans la « cité » et dans la mémoire de leurs objets d’étude…

« Je suis l’ainé, celui qui était Général. »

Le duc de Chartres à Valmy, 1792, Éloi Firmin Féron, 1848, Ministère des Armées.

 

L’un des personnages-clés dans l’élaboration de la mémoire de la bataille de Valmy n’est autre qu’un roi, mais un roi bien spécial vu qu’il s’agit de celui qui se voulait roi-citoyen, Louis-Philippe.

Louis-Philippe a participé aux batailles de Valmy et de Jemappes sous le commandement de Dumouriez. Alors tout jeune lieutenant général, Valmy est sa première véritable bataille. Son souvenir a été déterminant car il lui a permis de légitimer sa volonté de concilier l’Ancien Régime et la Révolution française. Difficile en effet de lui reprocher de ne pas s’être assez investi à cette période, tant par sa carrière militaire que par l’ombre immense laissée par son père, le “régicide” Philippe Egalité.

Depuis des années, je m’intéresse au rapport de Louis-Philippe avec Valmy, il a même été mon sujet de deuxième mémoire de master. Et hier encore, Louis-Philippe a réussi à me surprendre. Après plusieurs mois d’attente, j’ai pu consulter des lettres du roi à son épouse Marie-Amélie. L’existence de ces lettres était d’ailleurs inespérée, car elles ont été saisies lors du sac des Tuileries en 1848 et sont retournées dans les archives des Orléans en 1879.

Les lettres de Louis-Philippe sont très structurées : il imite l’imprimé en justifiant au maximum son texte, quitte à mettre des traits en fin de ligne, il pratique même l’usage de la réclame (c’est-à-dire mettre en fin de page le mot du recto suivant pour garder l’ordre des feuillets). Quand il cite les mots d’une personne, il met également systématiquement des guillemets en début de ligne. J’ai pu remarquer qu’il avait des “tics” orthographiques, comme écrire “salon” avec deux “l” ou conjuguer la deuxième personne du pluriel en “-és” (ex: vous aviés”). On découvre qu’il a toujours un mot affectueux pour sa femme, ses enfants et sa soeur en fin de lettre, jamais tout à fait le même.

Les lettres qui m’intéressaient plus particulièrement concernaient le voyage de Louis-Philippe dans l’est de la France en juin 1831, pendant lequel il fit une halte à Valmy. Jusqu’ici, je me suis toujours dit que cette visite était uniquement politique, car je trouvais son attachement à Valmy très discutable, vu qu’il n’a rien fait par exemple pour empêcher la destruction du moulin peu de temps après sa visite. A présent, le doute s’immisce.

J’avais déjà lu des témoignages de cette visite, mais ils étaient assez officiels. Là, j’ai pu constater qu’en privé, Louis-Philippe semble avoir réellement été ému de retourner sur son premier champ de bataille. Le récit de sa journée à Valmy est la plus longue lettre qu’il a envoyé à Marie-Amélie parmi tout le lot que j’ai pu consulter.

Tu imaginerais difficilement les sensations que m’a fait éprouver ma longue promenade sur ce premier théâtre de nos victoires nationales.

Louis-Philippe à Marie-Amélie, 8 juin 1831.

Dans cette lettre, on voit de plus qu’il essaye de condenser le plus possible ce qu’il a envie de dire et avoue en fin de lettre : “je ne finirais pas, si je voulais répéter tout ce qu’ils m’ont dit”. Il semble très heureux et très ému. On ressent son excitation lorsqu’il déclare avoir raconté pleins de détails à ses enfants et à ses compagnons bien avant d’arriver sur les lieux, pour leur prouver qu’il avait bonne mémoire. L’un de ses compagnons, le comte d’Agoult, a fait un rapport sur l’expédition à la reine et on comprend que le roi a parlé de ses souvenirs toute la journée – et apparemment “la mémoire du Roi est imperturbable autans qu’immense”. Il a arpenté le champ de bataille pendant six heures, sans se lasser. Il a notamment fait un discours et a donné une croix d’honneur à un vétéran qui a perdu un bras lors de la bataille. Il rencontre des locaux et raconte une discussion à la fois cocasse et mélancolique :

J’ai revu toutes les chambres où j’ai couché, & les vieux & les vieilles qui m’ont vu.

Un d’entr’eux avait sur le corps un habit vert pomme qu’il m’a dit m’avoir prêté quand j’étais mouillé & que je n’avais pas de quoi changer, & c’est vrai. Un autre m’a dit, « Ah çà mais je vous connaissais bien vous & votre frère, car il avait deux Orléans dans notre armée, & je sais, pardonnés-moi, qu’il y en a un de mort, mais je voudrais bien savoir lequel des deux vous êtes. »

« Je suis l’ainé, celui qui était Général. »

« Ah j’y suis, vous étiés le Général, je m’en ressouviens, & votre frère est-il mort depuis longtemps ? »

« Depuis bien longtemps, il n’a pas revu la France. »

« Ah j’en suis fâché, car ma foi, vous étiés tous les deux de bien braves gens, voilà tout qu’on peut dire, & une fois, j’ai déjeuné avec vous deux sur l’herbe devant le camp. »

Louis-Philippe à Marie-Amélie, 8 juin 1831.
Louis-Philippe visite le champ de bataille de Valmy le 8 juin 1831, Jean-Baptiste Mauzaisse, 1837, Château de Versailles.

Ce qui m’apporte du doute sur ses réels sentiments, c’est surtout de découvrir qu’il n’est pas à l’origine de la commande du tableau de sa visite à Valmy. C’est en réalité le comte d’Agoult qui y voit un bel argument politique :

Je vais commander un tableau de la scène touchante de la décoration. Il faudra que le vétéran pose devant le peintre, car ce vieux soldat a une très belle figure et tout doit être exact.

Le comte d’Agoult à Marie-Amélie, 9 juin 1831.

La réponse à mon doute sera probablement un compromis, Louis-Philippe pouvant très bien éprouver de la nostalgie vis à vis de l’un de ses plus grands faits d’armes même s’il l’utilise assurément politiquement. Mais les propos du comte d’Agout me laissent tout de même un goût d’inachevé : est-ce Louis-Philippe qui utilise consciemment Valmy ou est-il surtout guidé par ses partisans ?

Les échos de Valmy

Pour les amateurs et les amatrices de la Révolution française, la bataille de Valmy (20 septembre 1792) est indissociable de l’image du général Kellermann criant “Vive la nation !” à ses troupes en brandissant son sabre devant un moulin. Si aujourd’hui on peine à entendre encore les échos de ce cri, il a pourtant eu une incroyable résonance.
La mémoire de la bataille de Valmy a cela de particulier qu’elle est probablement bien plus importante que l’événement en lui-même. Ce carnet de thèse se propose de la faire découvrir et d’en montrer des bribes en fonction des recherches en cours et de l’actualité.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search