« Je suis l’ainé, celui qui était Général. »

Le duc de Chartres à Valmy, 1792, Éloi Firmin Féron, 1848, Ministère des Armées.

 

L’un des personnages-clés dans l’élaboration de la mémoire de la bataille de Valmy n’est autre qu’un roi, mais un roi bien spécial vu qu’il s’agit de celui qui se voulait roi-citoyen, Louis-Philippe.

Louis-Philippe a participé aux batailles de Valmy et de Jemappes sous le commandement de Dumouriez. Alors tout jeune lieutenant général, Valmy est sa première véritable bataille. Son souvenir a été déterminant car il lui a permis de légitimer sa volonté de concilier l’Ancien Régime et la Révolution française. Difficile en effet de lui reprocher de ne pas s’être assez investi à cette période, tant par sa carrière militaire que par l’ombre immense laissée par son père, le “régicide” Philippe Egalité.

Depuis des années, je m’intéresse au rapport de Louis-Philippe avec Valmy, il a même été mon sujet de deuxième mémoire de master. Et hier encore, Louis-Philippe a réussi à me surprendre. Après plusieurs mois d’attente, j’ai pu consulter des lettres du roi à son épouse Marie-Amélie. L’existence de ces lettres était d’ailleurs inespérée, car elles ont été saisies lors du sac des Tuileries en 1848 et sont retournées dans les archives des Orléans en 1879.

Les lettres de Louis-Philippe sont très structurées : il imite l’imprimé en justifiant au maximum son texte, quitte à mettre des traits en fin de ligne, il pratique même l’usage de la réclame (c’est-à-dire mettre en fin de page le mot du recto suivant pour garder l’ordre des feuillets). Quand il cite les mots d’une personne, il met également systématiquement des guillemets en début de ligne. J’ai pu remarquer qu’il avait des “tics” orthographiques, comme écrire “salon” avec deux “l” ou conjuguer la deuxième personne du pluriel en “-és” (ex: vous aviés”). On découvre qu’il a toujours un mot affectueux pour sa femme, ses enfants et sa soeur en fin de lettre, jamais tout à fait le même.

Les lettres qui m’intéressaient plus particulièrement concernaient le voyage de Louis-Philippe dans l’est de la France en juin 1831, pendant lequel il fit une halte à Valmy. Jusqu’ici, je me suis toujours dit que cette visite était uniquement politique, car je trouvais son attachement à Valmy très discutable, vu qu’il n’a rien fait par exemple pour empêcher la destruction du moulin peu de temps après sa visite. A présent, le doute s’immisce.

J’avais déjà lu des témoignages de cette visite, mais ils étaient assez officiels. Là, j’ai pu constater qu’en privé, Louis-Philippe semble avoir réellement été ému de retourner sur son premier champ de bataille. Le récit de sa journée à Valmy est la plus longue lettre qu’il a envoyé à Marie-Amélie parmi tout le lot que j’ai pu consulter.

Tu imaginerais difficilement les sensations que m’a fait éprouver ma longue promenade sur ce premier théâtre de nos victoires nationales.

Louis-Philippe à Marie-Amélie, 8 juin 1831.

Dans cette lettre, on voit de plus qu’il essaye de condenser le plus possible ce qu’il a envie de dire et avoue en fin de lettre : “je ne finirais pas, si je voulais répéter tout ce qu’ils m’ont dit”. Il semble très heureux et très ému. On ressent son excitation lorsqu’il déclare avoir raconté pleins de détails à ses enfants et à ses compagnons bien avant d’arriver sur les lieux, pour leur prouver qu’il avait bonne mémoire. L’un de ses compagnons, le comte d’Agoult, a fait un rapport sur l’expédition à la reine et on comprend que le roi a parlé de ses souvenirs toute la journée – et apparemment “la mémoire du Roi est imperturbable autans qu’immense”. Il a arpenté le champ de bataille pendant six heures, sans se lasser. Il a notamment fait un discours et a donné une croix d’honneur à un vétéran qui a perdu un bras lors de la bataille. Il rencontre des locaux et raconte une discussion à la fois cocasse et mélancolique :

J’ai revu toutes les chambres où j’ai couché, & les vieux & les vieilles qui m’ont vu.

Un d’entr’eux avait sur le corps un habit vert pomme qu’il m’a dit m’avoir prêté quand j’étais mouillé & que je n’avais pas de quoi changer, & c’est vrai. Un autre m’a dit, « Ah çà mais je vous connaissais bien vous & votre frère, car il avait deux Orléans dans notre armée, & je sais, pardonnés-moi, qu’il y en a un de mort, mais je voudrais bien savoir lequel des deux vous êtes. »

« Je suis l’ainé, celui qui était Général. »

« Ah j’y suis, vous étiés le Général, je m’en ressouviens, & votre frère est-il mort depuis longtemps ? »

« Depuis bien longtemps, il n’a pas revu la France. »

« Ah j’en suis fâché, car ma foi, vous étiés tous les deux de bien braves gens, voilà tout qu’on peut dire, & une fois, j’ai déjeuné avec vous deux sur l’herbe devant le camp. »

Louis-Philippe à Marie-Amélie, 8 juin 1831.
Louis-Philippe visite le champ de bataille de Valmy le 8 juin 1831, Jean-Baptiste Mauzaisse, 1837, Château de Versailles.

Ce qui m’apporte du doute sur ses réels sentiments, c’est surtout de découvrir qu’il n’est pas à l’origine de la commande du tableau de sa visite à Valmy. C’est en réalité le comte d’Agoult qui y voit un bel argument politique :

Je vais commander un tableau de la scène touchante de la décoration. Il faudra que le vétéran pose devant le peintre, car ce vieux soldat a une très belle figure et tout doit être exact.

Le comte d’Agoult à Marie-Amélie, 9 juin 1831.

La réponse à mon doute sera probablement un compromis, Louis-Philippe pouvant très bien éprouver de la nostalgie vis à vis de l’un de ses plus grands faits d’armes même s’il l’utilise assurément politiquement. Mais les propos du comte d’Agout me laissent tout de même un goût d’inachevé : est-ce Louis-Philippe qui utilise consciemment Valmy ou est-il surtout guidé par ses partisans ?



Citer ce billet
Elise Meyer (2021, 2 septembre). « Je suis l’ainé, celui qui était Général. ». Les échos de Valmy. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5wa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search